Depuis quelques semaines maintenant, je nourris une obsession passion pour le gris de Payne, au point d’en mettre franchement un peu partout.

Par exemple, cette petite pièce de format A5 gribouillée songeusement pour le simple plaisir de contempler le mariage des pigments outremer et ocre au séchage.