#Huevember

Le challenge coloré du mois de novembre m’avait laissé une (très) bonne impression, l’année dernière.
(Surtout parce que j’en étais venue à bout de manière très inattendue et au moins aussi satisfaisante.)

L’année 2020 ayant été ce qu’elle a été… Je n’avais pas grand espoir. Et pourtant, je ressentais profondément l’envie de faire quelque chose, ne serait-ce que pour aviver le souvenir de cette réussite.

Fidèle à mes habitudes, j’ai tournicoté autour de plusieurs idées pendant un moment, avant de faire preuve de pragmatisme (de fatalisme ?) et d’opter pour le plus modeste mais aussi, le plus sûr.

Je suis partie pour un grand format : un A3, que j’ai divisé en rectangles réguliers, puis après réflexion, en triangles.
Je les ai rempli de gouache en suivant grossièrement le nuancier officiel, dans un dégradé en spirale, qui me rappelle un peu un plateau de jeu de l’oie.

C’était un exercice intéressant, qui m’a permis d’utiliser la gouache de manière simple, de me familiariser avec la bonne consistance, son opacité…
Et de jouer avec les mélanges.
Au final, je n’ai pas pu m’empêcher d’ajouter quelques rehauts en plus.

Il y a eu des doutes et de la frustration pendant le processus mais c’était un bon projet : adapté à la situation, pas trop long, ni trop complexe… Et je suis vraiment ravie du produit fini. 🙂

Gouache

En ce moment, ma passion c’est la gouache. Du moins, j’essaye de l’apprivoiser. Dans mon carnet préféré, je l’ai d’abord utilisée très diluée, un peu comme de l’aquarelle, pour une série de motifs.

L’hiver commençant à se faire bien long, c’est toujours agréable de travailler avec des couleurs vives.

D’autre part, j’essaye aussi de faire des croquis à la gouache. Son opacité permet d’explorer de nouveaux horizons et de nouvelles manières de superposer les couches.
Comme d’habitude, ça sera étranges bestioles sous-marines au programme ! On ne se refait pas.

D’ailleurs, le fond noir est bien pratique pour faire ressortir les couleurs et changer un peu de l’ordinaire.

Pour terminer, voilà encore quelques étonnants champignons, en attendant d’avoir le courage de me lancer dans une pièce un peu plus sérieusement. Affaire à suivre !

2018, Semaine 18

Cette semaine la météo était incroyable et j’étais en déplacement dans ma famille. Un matin, j’ai demandé à mon papa (qui travaille le bois) s’il ne pourrait pas peut-être-éventuellement-sinon c’est pas grave, me fabriquer un petit chevalet de table, s’il te plaît <3 ?

Mon papa et son atelier bordélico-magique étant ce qu’ils sont, un grand chevalet apparaissait devant moi cinq minutes plus tard.
(Comment je n’ai jamais su qu’il était là avant, lui, magiiie !)

Je me suis donc installée dans le jardin, alors que le soleil me chauffait bien le dos et séchait bien ma gouache, aussi.

La gouache, donc ! Nouvelle lubie !